Sélectionnez la langue
Use Arthive in the language you prefer
Enregistrement
Create an account
Register to use Arthive functionality to the maximum

Francois
Boucher

France 
1703−1770
S'abonner474
François Boucher (Français : François Boucher ; 29 septembre 1703 – 30 mai 1770) était un peintre français, qui a travaillé dans le Rococo style.

Caractéristiques de l'artiste François Boucher: polyvalence, car il dépeint des allégories, des scènes mythologiques et de genre. L'artiste était célèbre pour ses paysages pastoraux et ses portraits de Madame de Pompadour. Boucher a travaillé dans le genre des arts et métiers : il a conçu des décors pour des performances, des croquis pour des treillis et de la porcelaine peinte. Sensualité, gaieté, légèreté et même frivolité en accord avec une couleur élégante (basée sur des nuances claires de rose et de bleu), la rondeur et l'asymétrie des lignes, des solutions de composition audacieuses et des coups de pinceau dynamiques - tout cela a rempli même les peintures les plus calmes et les plus sereines de François Boucher avec mouvement.

Tableaux célèbres de François Boucher: "Diane au bain"", "Portrait de Madame de Pompadour"", "Hercule et Omphale”.

"Et encore, Monsieur Boucher a réussi ! Il n'avait de nouveau choisi les mythes antiques que pour simplement déshabiller ses héroïnes !« À la fin de la vie de François Boucher, la critique lui est devenue particulièrement impitoyable. Rien n'a été pardonné. Ce qui avait été considéré comme charmant pendant de nombreuses années a ensuite été déclaré dégoûtant et mièvre. Charmant signifiait maniéré. Piquant voulait dire sale ou salope. L'œuvre de Boucher était accusée de dépravation. Il a été reconnu coupable de manque de grandes idées et de goût minimal. De plus, la fameuse couleur, sa soi-disant «harmonie des perles», est devenu plus primitif et plus rugueux, au fur et à mesure que le peintre perdait la vue, et Denis Didro calomniait : «De cette façon, notre Boucher arrivera à la coloration!"

Boucher était un artiste beaucoup plus important et talentueux que ne le pensaient les critiques virulents des Lumières, qui étaient en même temps les idéologues de la révolution bourgeoise. Mais il faut voir plus large. Branding Boucher, en particulier, ils dénonçaient tout l'ancien ordre social « parasitaire » français, dont il était réputé pour le chanteur. Et ce n'était pas la faute de l'artiste (d'ailleurs, l'artiste a laissé environ mille peintures et dix mille dessins) si "nous renoncerons à l'ancien monde" à un moment donné a pris la forme de "nous renoncerons à la créativité de Boucher”.

Il n'est pas issu d'une famille entièrement noble, même s'il devra plus tard travailler pour le roi Louis XV et une demi-douzaine de monarques européens. Nicola Boucher, son père, gagnait sa vie, comme on dirait maintenant, du design industriel. Les ateliers de couture et les manufactures de tissage lui ont confié la création de motifs pour la dentelle ou d'ornements pour les tissus, mais cela n'a pas rapporté de revenus significatifs. Puis le chef de famille décide de se lancer dans le commerce de l'art. Cela ne l'a pas non plus rendu riche, mais il a acquis des liens dans le milieu artistique. Par exemple, il a réussi à conclure un accord avec l'un des meilleurs et des plus expérimentés professeurs « par connaissance », l'artiste François Lemoyne, sur l'enseignement de son fils, qui devenait très bon en peinture.

À 20 ans, Boucher reçoit le grand prix de l'Académie royale de peinture et de sculpture pour le tableau non conservé « La libération de Yokam, un prisonnier de Navuhudonosor ». Le Grand Prix signifie qu'il devient pensionnaire de l'Académie ce qui lui donne la possibilité d'étudier à Rome aux frais de l'État. Mais il reçut le prix en 1723, et il ne put voir Rome qu'en 1728. Les biographes ne savaient pas pourquoi Boucher s'était vu refuser une bourse. On savait seulement qu'il gagnait de l'argent pour un voyage dans la «ville éternelle» grâce au travail acharné d'illustrateur pendant cinq années consécutives.

Durant ces années, Boucher maîtrise parfaitement la technique de la gravure. Il a dû graver les paysages du fondateur du style rococo Antoine Watteau. Il avait une génération de plus et son influence sur la formation de la manière de Boucher était fondamentale.

Au moment de son voyage à Rome, où il est allé avec Carl Van Loo et ses neveux Michel et François, Boucher était déjà un artiste établi. Le président de l'Académie des Arts avait lui-même entendu parler de lui et avait promis à l'artiste un vaste programme éducatif et, bien sûr, des commandes de clients. Mais ces plans ont été ruinés: malheureusement, Boucher était malade avec une fièvre et contraint de revenir de Rome à Paris.

En 1734, il expose à l'Académie son «Rinaldo et Armide» peinture, qui allait connaître un immense succès. Boucher acquiert le titre officiel de « peintre de scènes historiques » pour son œuvre. Cela signifiait entrer dans le club de l'élite artistique : la peinture historique (mythologique) était encore considérée comme l'art le plus élevé.

Déjà l'année suivante, les premières commandes de la cour royale ont suivi. Boucher a eu l'honneur d'aménager les chambres de Louis XV à Versailles («Chasse au tigre"", "Chasse aux crocodiles»). Et les dames de la cour littéralement « mettaient en pièces Boucher » : tout le monde voulait un intérieur fait dans le style rococo à la mode !

L'année 1748 marque le début de sa collaboration avec le légendaire Madame de Pompadour – Le nom de Boucher lui sera désormais inévitablement associé. Le favori puissant et capricieux de Louis XV obtient l'autorisation pour l'artiste de résider au Louvre : il doit décorer la salle à manger de Fontainebleau et le cabinet du Conseil. Héritant en partie du métier de son père, Boucher a créé des dessins pour treillis. En attendant, Pompadour souhaite qu'il soit nommé au poste de directeur de la Manufacture royale de tapisserie.

Les contenus narratifs et les sujets des principaux tableaux de François Boucher, ses tapisseries et treillis étaient pour la plupart des scènes pastorales et galantes. Et, évidemment, Boucher était constamment entouré de danseuses, d'actrices et de dames du monde. Pompadour était également heureux de poser pour lui. Les portraits avaient tendance à être assez mélancoliques et trop chastes - à la fois pour Boucher et pour l'odieux favori. Des rumeurs attribuaient à l'artiste l'amour de l'amour et les diverses formes de débauche subtile, et Didro s'indignait : "Il n'y a aucune chance qu'il soit vraiment capable de créer quelque chose de vraiment élégant, ce Boucher, qui passe ses journées dans la « société des femmes à moindre coût !"
Mais en réalité, nous savons très peu de choses sur la vie personnelle de Boucher. Les rumeurs ne corroborent rien en raison du manque de preuves documentaires. Cependant, nous n'avons pas non plus les réfutations.

L'artiste s'est marié avec bonheur alors que sa carrière commençait tout juste à prendre de l'ampleur. Marie-Jeanne Buzot est devenue sa femme, une jolie fille d'un célèbre juge à Paris. Son beau-père exprime son mécontentement quant à l'origine « basse » du peintre, mais s'en accommode quand même, puisque le nom de ce dernier est déjà entendu par le public parisien. Marie-Jeanne avait une décennie et demie de moins que son mari. François Boucher a présenté son visage de poupée semi-enfantin aux sujets de ses peintures - Princesse Armide (« Rinaldo et Armida ») et diverses Vénus (1, 2, 3).

Trois enfants sont nés dans la famille de François Boucher. Chose intéressante, tous, d'une manière ou d'une autre, ont continué la dynastie artistique. La fille aînée épousa un élève de Boucher, l'artiste Jean Baptiste Deseux. La plus jeune fille a épousé l'autre élève de Boucher, Pierre Antoine Baudouin. Le fils de l'artiste, Juste-Nathan, devient architecte.

La réputation de Boucher en tant que peintre d'art érotique était assez exagérée. Il était en effet un maître de la peinture corporelle nue féminine. Peut-être, plus sans réserve que d'autres artistes français avant lui. Tels, par exemple, étaient des portraits d'odalisques - lumière et foncé - fait pas sans Rubens' influence. La peinture de François Boucher "Vénus demande des armes à Vulcain pour Énée» n'était vraiment pas tant mythologique qu'érotique. Et "Hercule et Omphala», en effet, a donné aux téléspectateurs l'impression d'une sensualité animale. Mais c'est là que s'achèvent les peintures érotiques de Boucher.

Mais Boucher était aussi illustrateur et éditeur (ses illustrations pour Molière, les dessins des Métamorphoses d'Ovide et le catalogue d'ornements rocaille étaient particulièrement célèbres). Il était aussi un décorateur doué qui a conçu les meilleurs exemples d'architecture de l'époque rococo (Hôtel Subiz et autres). Boucher était également peintre paysagiste et scénographe des meilleures représentations du Théâtre Royal. Son œuvre a toujours été inextricablement liée à de nombreuses facettes de la vie culturelle de la France.

Didro jura que les paysages peints par Boucher n'avaient aucune vérité et pas un seul vrai brin d'herbe. Mais là, Boucher se révèle être l'otage de la tradition classique maîtrisée à Rome. Ses paysages n'avaient pas grand-chose à voir avec la France. C'était plutôt un "paysage italien" classique avec les ruines pittoresques d'un château à l'horizon et des pins horizontaux pointus. Mais ce qui était important, c'est qu'en le célèbre autoportrait, Boucher se présente comme un peintre paysagiste.

Boucher était beaucoup plus intéressant en tant qu'artiste de genre. Mais là, le cas se limitait à quelques tableaux - à vrai dire, de haut niveau. La reine suédoise Lovisa Ulrika a commandé à Boucher une série de "Quatre parties de la journée d'une fashionista", mais Boucher n'a réussi à peindre que "Le matin» (« Une dame attachant sa jarretière »). Une scène de genre appelée «Petit déjeuner» était aussi très bien (beaucoup de gens y voient des membres de la famille Boucher).

La question était : pourquoi Boucher n'a-t-il pas développé son talent exactement dans cette direction ? Il y avait une opinion que, étant un homme honnête et profondément décent, Boucher ne voulait tout simplement pas rivaliser avec la «star» de la peinture de genre de cette époque, Jean-Baptiste Chardin.

Depuis 1757 environ, la renommée de l'artiste a commencé à s'estomper. Les critiques le détruisaient et le public commençait à comprendre que les œuvres de François Boucher étaient complètement obsolètes moralement. Dans les années 1760, les opprimés Boucher envisagent même d'aller enseigner en Russie, où Catherine la Grande accueille les maîtres français. En 1769, il avait préparé une esquisse d'un panneau décoratif appelé « Pygmalion et Galatée », que le sculpteur Etienne Falcone pris à Saint-Pétersbourg à la demande de l'artiste. Malheureusement, le voyage de Boucher n'était pas destiné à avoir lieu : l'artiste mourut dans son appartement du Louvre le 30 mai 1770.

Auteur : Anna Vcherashnyaya
  • Les œuvres ont eu du succès
    202 users
  • Artworks in 11 collections and 218 selections

Expositions

Toutes les expositions de l'artiste
Tout le flux
View 155 artworks by the artist